Post-doctorat « Habitants et professionnels des bâtiments face à l’enjeu énergétique »

Durée : 12 mois (juin 2013-juin 2014)

Référent : Marjorie Musy, chercheuse en génie civil (CERMA CNRS 1563), co-directrice de l’IRSTV (FR CNRS 2488)

Je réalise mon second post-doctorat au sein de l’Institut de Recherche Sciences et Techniques de la ville FR CNRS 2488). Cette structure fédérative rassemble plus d’une quinzaine de laboratoires principalement issus des sciences physiques et de l’ingénieur. Elle a pour enjeu de créer des dynamiques de recherche interdisciplinaires sur des questions environnementales relatives au milieu urbain notamment sur la maîtrise de l’énergie et le confort des habitants. Afin de répondre à la complexité des enjeux du développement urbain durable, l’IRSTV amorce actuellement un élargissement du panel des sciences représentées et pose les jalons pour une interdisciplinarité plus « radicale » intégrant les Sciences sociales. Mon recrutement en tant que chercheuse  contractuelle à l’IRSTV s’inscrit dans ce contexte scientifique d’intensification et de diversification de l’interdisciplinarité. Mon travail cherche à favoriser la création d’une acculturation et de dynamiques scientifiques entre sciences sociales et sciences physiques et de l’ingénieur.

Dans le cadre de mon post-doctorat, je participe notamment à une recherche collective sur la performance énergétique appréhendée du point de vue des acteurs sociaux. Ce travail constitue un des volets de la plateforme scientifique et technologique TIPEE dédiée à la réhabilitation des bâtiments (lauréate de l’AMI de l’ADEME « bâtiments et îlots à énergie positive et bilan carbone minima »). Ce programme se déroule en partenariat avec des acteurs industriels du BTP et des collectivités territoriales. L’enjeu est d’articuler aux approches des chercheurs en sciences physiques et de l’ingénieur qui étudient la performance énergétique par le prisme des phénomènes physiques et dispositifs techniques, la prise en compte des dynamiques sociales du rapport à l’énergie. Pour se faire, je privilégie deux entrées dans mon travail actuel :

–        la relation entre modes d’habiter et énergie, entre habitants et énergie : utilisation de l’énergie dans l’habitat, dynamique d’appropriation, de détournement des objets techniques, techniques alternatives mises en place par les habitants, etc.

–       la relation entre professionnels du bâtiment (conception, mise en œuvre, gestion) en mettant en lumière les freins et les leviers permettant à ces acteurs de faire évoluer leurs compétences pour s’adapter aux nouveaux enjeux énergétiques.

Tâches : 1) état de l’art : la contribution des sciences sociales à la question énergétique, 2) rédaction d’un rapport de synthèse de 43 pages, 3)  enquête de terrain auprès de professionnels et d’habitants précurseurs en matière de performance énergétique, 4) rédaction d’un rapport final de la recherche, 5) valorisation auprès de publics diversifiés (scientifiques, industriels, étudiants ingénieurs et architectes, etc.).

%d blogueurs aiment cette page :