Publié par : GM | février 11, 2014

Prochaine conférence : 1er avril 2014 (15h15 à 16h15) :

« Les professionnels de l’architecture et de l’urbanisme face au défi énergétique : freins et leviers à l’évolution des compétences ».

Séminaire Énergie et évolution des pratiques professionnelles, École Nationale Supérieure d’Architecture de La Villette (Paris), Master « transition énergétique », Amphi 11, de 14 à 18 h.

Publié par : GM | août 26, 2013

Prochaine communication : 22-25 octobre 2013 :

"Urban climate, drastic interdisciplinarity : interactions between physical and social phenomena at stake"
(Climat urbain, "interdisciplinarité radicale" : des interactions entre phénomènes physiques et sociaux en question)
Agora « Qualité environnementale urbaine et rurale : regards croisés pour une compréhension consensuelle »

Congrès International de Psychologie Environnementale, Barcelone

Comprendre les spécificités du climat urbain implique de s’attaquer aux interactions entre phénomènes physiques et sociaux. L’analyse des composants atmosphériques du climat urbain (température, vent, humidité, etc.) se doit d’être corrélée aux aspects sociaux du problème climatique (pratiques, représentations et perceptions sociales) qui contribuent à modifier les conditions atmosphériques mais aussi à la construire en tant que fait social. Aussi, de nouvelles interfaces se sont créés entre SHS (la géographie, la sociologie, la psychologie, l’anthropologie) et Sciences « dures » (climatologie, sciences du bâtiment, acoustique, hydrologie…), soient des grandes familles disciplinaires peu habituées à dialoguer ensemble et dont les objets, cultures et méthodes différent fondamentalement.
Quelles sont les différences de tropismes disciplinaires et de cultures scientifiques qui s’observent dans ces nouveaux consortiums interdisciplinaires ? Quels sont les zones de confort et angles morts des compétences disciplinaires ? Quels sont les points de friction que génère la rencontre de ces différents mondes scientifiques autour du climat urbain ? Et enfin, comment s’opère l’articulation des connaissances, outils et méthodes de ces chercheurs ? Cette intervention propose d’apporter quelques pistes de réponse à partir des retours sur expériences de plusieurs chercheurs impliqués dans cette rencontre des SHS (géographie, sociologie, psychologie, anthropologie), et des Sciences physiques et Sciences de l’Ingénieur (physiciens de l’atmosphère, ingénieur en génie urbain) autour d’une question environnementale majeure.

Publié par : GM | août 26, 2013

Prochaine communication : 4-5 septembre 2013 :

“The city’s literary fabrication : when Oulipo renews the urban planning practices”
(La fabrique littéraire de la ville : quand l’Oulipo renouvelle les pratiques de l’aménagement urbain)
IV EUGEO Congress, Session 15, Rome

La géographie a récemment commencé à défricher les relations entre les œuvres littéraires et leurs contextes de production et de réception. Esquissée notamment par quelques travaux se réclamant d’une « géographie de la littérature » (Brosseau & Cambron 2003; Molina 2010), cette approche s’insère parfaitement dans le projet d’une science sociale ayant pour projet de décrypter les rapports entre espaces et sociétés (Molina 2012). Interroger cette relation entre littérature, espace et société, semble d’autant plus légitime que que des pratiques littéraires contemporaines comme celles des Oulipiens entretiennent une relation particulière avec l’espace (Schilling 2003; 2006; 2011). L’espace s’y trouve en effet investi comme un terrain d’expérimentation de nouvelles manières de fabriquer la littérature et cette “spatialisation” de la littérature (Volvey 2008) travaille en retour les espaces urbains. Les Oulipiens ont par exemple collaboré avec des architectes en réponse à la commande d’élus territoriaux pour aménager des espaces urbains “littéraires”. Cette communication propose d’explorer cette fabrique littéraire de la ville en analysant la manière dont cette littérature oulipienne participe à produire et transformer des espaces urbains. Comment ces pratiques interprofessionnelles entre écrivains et architectes bouleversent-elles à la fois le processus de fabrication de la littérature mais aussi celui de la ville ?

Publié par : GM | avril 11, 2013

Prochaine intervention le 21 mai 2013 :

« Construire une image publique de "grand faiseur de ville". Ressources et stratégies des vedettes du star-system architectural contemporain »

Dans le cadre de la séance « Grands projets, construction identitaire, mondialisation », Séminaire « Lieux et Enjeux » organisé par le CRH-LAVUE (UMR  7218), Paris (cliquer ici pour accéder au programme).

Publié par : GM | avril 11, 2013

Prochaine intervention le 5 avril 2013 :

« Interdisciplinarité et interprofessionnalité au travail autour du climat de la ville. Retours sur des expériences de chercheurs en Sciences Humaines et Sociales et en Sciences dites "dures" »

Dans le cadre du colloque international et interdisciplinaire La recherche en S.H.S. sur la durabilité : Pourquoi ? Comment ? Pour qui ?, Quimper (cliquer ici pour accéder au site du colloque).

Publié par : GM | avril 11, 2013

Prochaine intervention le 28 mars 2013 :

« Mobiliser la culture pour fabriquer la ville : l’exemple de la fabrique littéraire des espaces urbains »

Conférence d’1h30 donnée dans le cadre du séminaire « Politiques culturelles et enjeux urbains » de l’École Normale Supérieure –Ulm, Paris, à l’invitation de Géraldine Djament-Tran (cliquer ici pour accéder au site du séminaire).

Publié par : GM | avril 11, 2013

Prochaine intervention le 20 mars 2013 :

« La spatialisation de la littérature oulipienne : quand la littérature se fabrique avec l’espace », séminaire « Littérature et développement des territoires »

À la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand,  dans le cadre du séminaire du CERAMAC, Université Blaise Pascal.

Publié par : GM | avril 11, 2013

Prochaine intervention le 13 février 2013:

« Quand le changement climatique renouvelle la fabrique de l’art. Un nouveau "tournant environnemental" de l’art contemporain ? »

Dans le cadre du Colloque International Pluridisciplinaire « Art et Géographie – Esthétiques et pratiques des savoirs spatiaux », Université de Lyon 2 (site internet du colloque cliquer ici).

Publié par : GM | novembre 1, 2011

Actualité

Prochaine intervention le 25 novembre 2011 :

"Les concepteurs dans le paysage institutionnel et professionnel de la lutte contre le changement climatique"

Dans le cadre de la  journée d’étude « Les pratiques de conception architecturale et urbaine : évolutions et perspectives face aux enjeux du développement durable » organisée par le réseau RAMAU (Activités et Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme).
En partenariat avec l’équipe ICADD du laboratoire LéaV (ENSA de Versailles), avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication.
La manifestation sera accueillie par le Plan Urbanisme Construction Architecture et se tiendra à l’Auditorium du Pilier Nord, Grande Arche à La Défense, de 9h30 à 17h30.

cliquer ici pour accéder au programme complet.

 

Publié par : GM | mai 13, 2011

Actualité

Prochaine intervention dans le cadre du colloque franco-espagnol « Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique », Université de Pau et des Pays de l’Adour, 10 et 11 Juin 2011 (lien vers le site du colloque). Ma contribution sera la suivante :

"Littérature, pratiques sociales, production et gestion des espaces urbains : lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre…"

Mots clés : littérature, société, circulation, appropriation, instrumentalisation

La littérature a pour ambition de créer des « mondes » (Goodman, 1992), des mondes fictifs que le lecteur, par le truchement de la lecture, aura plaisir à parcourir, à s’approprier et, éventuellement, à partager. Ces mondes fictionnels littéraires et les espaces qui les composent influencent nos manières de regarder le monde réel, de le pratiquer et de le construire. « Œuvre ouverte » (Eco, 1965), la littérature en effet, loin de se cantonner dans un espace textuel clôt et refermé sur lui-même, circule dans le monde social. Elle créé un imaginaire géographique qui informe les pratiques sociales de certains espaces réels, est approprié, utilisé, voire instrumentalisé dans l’élaboration de certaines politiques publiques, ou dans des projets d’aménagement d’espaces urbains et laisse ainsi son empreinte dans la matérialité urbaine. Aussi, si dans la perspective d’un questionnement géographique les espaces fictionnels créés par la littérature et contenus dans le texte méritent d’être mis en question, il convient également d’interroger la manière dont s’opère le retour de cette représentation géographique littéraire dans le monde social. Comment un imaginaire créé par la littérature déborde-t-il les frontières du livre, se trouve-t-il approprié et éventuellement utilisé dans l’univers social ? De quelle(s) manière(s) l’espace fictionnel créé par la littérature influence l’espace réel ?

S’appuyant sur les résultats d’une enquête menée dans différentes villes de France, la contribution proposée cherche à éclairer ces liens complexes que la littérature entretient avec la société et la ville. Il s’agit donc de décliner et d’analyser finement différents témoignages d’une appropriation et d’une instrumentalisation sociale des œuvres littéraires :
- les projets d’aménagements littéraires (soit des inscriptions matérielles de la littérature dans la ville) ;
- les pratiques touristiques et mises en valeur de lieux et parcours littéraires ;
- la mobilisation d’écrivains ou d’œuvres littéraires dans le cadre de certaines politiques publiques territoriales pour créer ou renforcer du lien social ;
-  l’organisation d’évènements littéraires comme moments culturels privilégiés d’une ville, etc.
Les liens entre espace fictionnel et espace réel sont de fait investis depuis une entrée renouvelée. Il ne s’agit en effet pas seulement de s’intéresser à la transfiguration de l’espace réel dans l’espace fictionnel mais d’apprécier aussi et surtout comment l’espace créé par la littérature – en influençant l’imaginaire social, et en étant intégré par certains professionnels de la production et de la gestion urbaine – influence en retour l’espace réel. L’enjeu consiste à proposer une autre lecture de l’espace géographique en éclairant comment s’opère le passage d’une géographie littéraire fictive mise en mots et en images dans l’œuvre littéraire à une géographie littéraire inscrite dans la réalité même de la ville dans sa matérialité. Cette réflexion sur les phénomènes de diffusion, d’appropriation et d’instrumentalisation sociales de la littérature permet de poser quelques jalons supplémentaires pour une « géographie de la littérature » que Marc Brosseau (2002) et Armand Fremont (2005) appelaient de leurs vœux.  Elle précise comment la littérature constitue un référent pour vivre, parler et agir sur la ville et apporte une contribution à la compréhension de la production, de la gestion et du vécu des espaces urbains en soulevant des enjeux importants pour la géographie.

 - Brosseau, 2002, “"It isn’t the place that does the writing" : lieux et écriture chez Bukowski”, Géographie et Cultures, n°44, pp.5-33.
- Eco U., 1965, L’œuvre ouverte, Paris, éd. du Seuil, 315p.
- Fremont A., 2005, Aimez-vous la géographie ?, éd. Flammarion, 365p.
- Goodman N., 1992 (1978), Manières de faire des mondes, Gallimard, 228p.

 

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.